Même si les changements à la loi ont été apportés il y a presque 10 ans, les accidents causés par l’utilisation du cellulaire derrière un volant sont encore monnaie courante. Voici un rappel des règles et des conséquences qui en découlent.

Depuis le 1er avril 2008, de nouvelles dispositions du Code de la sécurité routière relatives à l’utilisation du cellulaire au volant sont entrées en vigueur et elles sont très claires : quand on conduit, on ne doit pas avoir en main un téléphone cellulaire. Ne pas respecter cette règle, c’est risquer une amende et des points d’inaptitude. Toute personne qui est prise en flagrant délit avec un cellulaire dans les mains alors qu’elle est derrière un volant est réputée en faire l’utilisation, mais si cette personne est immobilisée par un bouchon de circulation ou arrêtée à un feu rouge et est donc en situation d’illégalité. La seule façon de respecter la loi tout en utilisant son cellulaire, c’est en mode « mains libres ».

Si vous devez absolument utiliser votre téléphone, vous devez le faire en lieu sûr, comme par exemple dans un stationnement, une aire de service ou sur le bord d’une route où la vitesse maximale est de moins de 70 km/h.

Cependant, tous les experts s’entendent, l’idéal est de ne pas utiliser son téléphone. Parce que c’est la distraction qu’entraîne le fait d’avoir une conversation téléphonique qui constitue le danger et qui peut mener à des accidents. Sur la route, fermez votre appareil et privilégiez la messagerie vocale. Vous pouvez également confier la réalisation ou la prise d’appels à l’un de vos passagers.

Et c’est la même chose pour les textos! Des recherches américaines et européennes ont démontré que texter au volant est une pratique très dangereuse Selon l’une de ces recherches, un conducteur de véhicule lourd qui texte en conduisant aurait même 23 fois plus de chances d’être impliqué dans un accident qu’un conducteur concentré sur la route. Selon le CAA-Québec, considérant que l’on parcourt 14 mètres par seconde à une vitesse de 50 km/h, un conducteur qui prend 4 secondes pour expédier un texto aura parcouru 56 mètres sans avoir les yeux sur la route. À 100 km/h, ce sont 112 mètres qui seront ainsi parcourus.

La liste des manipulations interdites avec son téléphone comprend : faire un appel ou en recevoir un, lire ou envoyer un texto, consultez son agenda ou son Facebook, sélectionner sa musique préférée et même regarder l’heure! Et toutes ces interdictions s’appliquent également aux tablettes numériques et ordinateurs portables.

Utiliser son cellulaire en conduisant ou même le manipuler entrainent automatiquement une amende de 80 $ à 100 $ et quatre (4) points d’inaptitude. Pour ceux qui roulent avec un permis probatoire, celui-ci sera résilié.

Finalement, l’interdiction de tenir en main un appareil muni d’une fonction téléphonique ne s’applique pas :

au conducteur d’un véhicule d’urgence dans l’exercice de ses fonctions, par exemple, un policier, un pompier ou un ambulancier ;
à une radio bidirectionnelle, c’est-à-dire à un appareil qui ne permet pas aux interlocuteurs de parler simultanément tel que : walkie-talkie, émetteur-récepteur mobile, poste émetteur-récepteur mobile ou émetteur bidirectionnel.

 

Les membres des grandes familles que sont ALBI le Géant et ALBI Auto Crédit vous conseillent fortement de respecter ces règles importantes. Vous nous êtes précieux et nous prenons votre sécurité à cœur!