La distraction au volant est un problème de sécurité routière qui connaît une croissance importante depuis quelques années partout à travers le monde. Elle peut être causée par des facteurs aussi diversifiés que nombreux : votre téléphone qui sonne ou qui vibre, le GPS que vous manipulez en roulant, la musique très forte que vous écoutez, les conversations que vous entretenez avec vos passagers, le café que vous buvez ou la pomme que vous croquez en conduisant. Le gouvernement canadien considère même que la distraction au volant est une forme de conduite avec facultés affaiblies, car le jugement du conducteur est compromis, ses réflexes sont ralentis et son attention n’est pas consacrée à la route. La conduite en état de fatigue est aussi des formes de distractions au volant.

Il est difficile de mettre des chiffres sur la distraction au volant. On peut cependant affirmer qu’elle est la cause de plusieurs accidents. En effet, la distraction est l’une des causes les plus souvent mentionnées par les policiers dans les accidents avec dommages corporels. Il y a trois principaux types de distraction :

visuelle : les yeux ailleurs que sur la route ;
manuelle : les mains ailleurs que sur le volant ;
cognitive : l’esprit ailleurs que sur la tâche (le plus difficile à étudier).

Il y a aussi des moments, dans la journée, la semaine ou l’année, où les cas de distraction au volant causent le plus d’accidents. Par exemple, les plages horaires de 12 h à 14 h 59 et de 15 h à 17 h 59 sont celles où la distraction cause le plus d’accidents avec dommages corporels, surtout au début de la semaine, les lundis, mardis et mercredis. Finalement, la période estivale (mai à septembre) est la saison où les pourcentages sont à leur sommet : il s’y produit plus de 50 % des accidents avec dommages corporels dus à la distraction au volant.
Il existe des mesures pour réduire les distractions au volant et voici quelques conseils pour une conduite en toute sécurité :
·         Planification du trajet : avant de monter dans la voiture, ayez une bonne idée de l’endroit où vus allez et de la façon de vous y rendre. Prévoyez également le temps nécessaire pour arriver à destination, en tenant compte des routes fermées à éviter et du meilleur moment pour partir.

·         Rangement du cellulaire : les cellulaires doivent être hors de portée. On peut réduire la tentation en gardant l’appareil hors de la vue, par exemple dans le coffre ou dans un sac, et en coupant la sonnerie.

·         Passagers : il est justifié de demander à ses passagers de garder le silence lorsqu’une situation risquée survient sur la route, car l’attention du conducteur sera détournée de la route si celui-ci parle avec ses passagers ou les écoute.

·         Nourriture et boissons : il est préférable d’éviter de manger et de boire en conduisant. Au besoin, il faut attendre d’être arrêté à un feu rouge.

·         Musique : la musique ne devrait jamais être forte au point de ne pouvoir entendre une sirène ou le crissement des freins d’un autre véhicule.

·         Soins de toilette : il faut se pomponner à la maison, et non pendant que l’on conduit son véhicule !

·         Rangement des objets dans un endroit sûr : tous les articles comme les sacs à main, les sacs à dos et les manteaux doivent être placés dans le coffre ou rangés de façon sécuritaire au sol, sous le siège, de sorte qu’ils ne se déplacent pas soudainement si l’on doit freiner de toute urgence. Les articles qui surgissent peuvent empêcher le conducteur de se concentrer sur la route.

Vous êtes importants pour les spécialistes d’ALBI le Géant et d’ALBI Auto Crédit et ils vous conseillent de rouler en toute concentration sur les routes, et ce, en tout temps.